Mon enfant voyage, sous insuline

Mon enfant voyage, sous insuline

17 janv. 2017

Voyager avec son enfant diabétique à HONG-KONG. J-1, J0 et J1

Voilà bientôt 5 ans que nous injectons de l'insuline à notre enfant pour qu'il puisse vivre. Vivre comme tout le monde ?  Et bien, allez cette fois-ci, c'est parti ! Plongeons dans le grand bain, ça ne rigole plus...

Voyager en Asie à 6 ans avec un diabète. Gérer le décalage horaire, les repas, l'activité physique, les 13 heures d'avion de nuit. Gérer une otite, la cortisone et les hypers qui vont avec. Gérer tout ça assez bien, que nous avons hâte de repartir !


Genèse du projet : 

Pourquoi Hong-Kong ?

Janvier 2016, une amie de grand voyageur, me parle de ses vacances de Noël à la Martinique. Whaouh, des vacances au soleil en décembre,... trop bien !
Je propose à papa voyageur cette destination pour décembre 2016. Il est partant. On regarde alors les prix des billets d'avion pour la Martinique, la Guadeloupe mais, mais...  c'est hors de prix ! On regarde donc pour une destination moins cher à cette période de vacances scolaires et de Noël... Il se trouve que l'Asie n'est pas trop cher (pour le vol en avion), le Vietnam plus particulièrement, avec une escale à Hong-Kong, Bon finalement, pourquoi faire une escale, visiter Hong-Kong, ça nous va ! En plus, les températures sont très agréable au mois de décembre, une vingtaine de degré en moyenne.

Avant de commencer à vous raconter jour après jour, notre voyage, je tenais à remercier mon mari qui à passé plusieurs semaines à lire les guides de voyages et sites internet afin d'organiser ce voyage en autonomie. Il a sélectionné les activités à faire en fonction des goûts de chacun, les classiques à voir ou à faire et en fonction de l'âge des enfants. Il s'est renseigné sur quel moyen de transport sur place ? Comment ça marche ? Où dormir, quel hôtel ?  Que visiter ? Est-ce intéressant pour les enfants ? Que faire en cas de pluie ? Mais aussi sur place : Où manger ? Se repérer dans la ville, contrôler la glycémie la nuit, changer le cathéter, et ...porter l'appareil photo toute la journée 😤 Pour tout ça :  MERCI ! 💑

J-1 : Vendredi 16 Décembre 2016. 

Dans la nuit de Jeudi à vendredi, je suis réveillée par des pleurs. C'est p'tit voyageur, il se plaint de son oreille. Ouch ! Une otite avant de prendre l'avion, non mais c'est pas d'bol ! Va t'on devoir annuler le voyage ? J'envisage toutes les possibilités : Otite = impossible de voler, je reste à la maison avec mon fils et laisse partir papa et grand voyageur. Je les rejoints 2-3 jours plus tard, ou pas...?

8h : Malgré le doliprane, la douleur ne passe pas. Je lui ai donné la dernière dose que j'avais dans la nuit, je passe en racheter à la pharmacie. Le pharmacien, me confirme, une otite est contre-indiquée pour voler en avion. Je rentre donc dépitée.
14h : Après avoir fait la queue plus d'une 1 heure chez le médecin, il lui donne un traitement de cheval pour que la douleur passe en 36h. Il me dit aussi que les hôtesses ont l'habitude, que je peux demander de l'eau chaude dans des gobelets pour atténuée la pression dû au décollage et à l'atterrissage. Je suis soulagée, mon médecin vient de sauver nos vacances.
Youpi 😄 on va pouvoir partir tous les 4, dans 36 heures, c'est le grand vol pour HONG-KONG.
Je suis les consignes à la lettre du médecin et dès la 1ère prise de cortisone, les glycémies explosent, malgré l'augmentation des doses d'insuline (entre 2 et 3 fois plus que la normale!). Il restera toute la journée et la nuit à plus de 3.5g !

J0 : Samedi 17 Décembre 2016.

On est tous excités, je fini de boucler les valises, et à 16h, départ en RER. On est large, l'avion décolle à 20h20. Avant de fermer la porte de la maison, papa glisse les cadeaux des enfants sous le sapin. 😉🎅🎅🎅 Faut penser à tout !

Nous avons 2 valises, et un sac à dos chacun (très petit pour les enfants, mais bien pratique quand même). Papa a dans son sac à dos son matériel de photo, je porte le matériel médical de p'tit voyageur (qui tient dans une grosse trousse de toilette, j'ai optimisé la place et surtout j'ai viré les emballages inutiles) et les enfants portent leur pique-nique pour le dîner, de l'eau, des jeux de cartes et leur appareils photos.

Arrivés à l’aéroport, l'enregistrement est rapide car nous avons pré-réservé les places la veille. Ensuite vient le fameux passage de l'immigration et des portiques de sécurité. J'annonce à l'agent que mon fils est diabétique, (il porte aussi le free style libre) et que je préfère qu'il ne passe pas sous les portiques, aucun souci pour lui, et comme d'habitude p'tit voyageur se fera fouiller manuellement, ils feront aussi une détection de poudre sur sa pompe à insuline !

Pour une fois, avant de prendre l'avion, je n'ai pas eu trop d'appréhension, surement la joie d'aller à Hong-Kong et le stress que le décollage ne réveille la douleur de l'otite du petit.

19h : Les enfants mangent leurs sandwichs, ça fait passer un peu le temps, mais l'attente est longue. On se balade dans l’aéroport et on joue aux cartes.

20h30, on embarque, il y a déjà du retard, mais qui sera rattrapé en vol. La compagnie aérienne est CATHAY PACIFIC. Une fois en vol, les hôtesses nous servent des boissons et des petits gâteaux d'apéritif.  Il doit être plus de 21h30 mais les enfants n'ont pas du tout envie de dormir.😏 Ils jouent avec leur petit écran individuel à divers jeux. 
Vers 22h, une hôtesse vient me voir (quel honneur, 😄) elle me demande si je veux mon plateau repas avant ou après les autres ? 😏.  En fait, au moment de réserver nos billets, j'ai choisi un plateau repas spécial pour diabétique pour mon fils. J'ai voulu tester.
L'avantage, c'est qu'il est servi en premier, à l'aller comme au retour, ce qui peut être intéressant si les horaires des repas sont trop décalées. 
Pour lui, et son frère nous avions prévu un pique-nique à 19h. Impossible pour des enfants d'attendre 23h pour dîner, diabétique ou pas !

Mais, il a quand même voulu mangé un peu de son plateau. Pas de souci, mais après on dort, hein !
P'tit voyageur est malade et prend des médicaments, ses glycémies plafonnent à plus de 3g, j'injecte encore de l'insuline et 30 minutes après qu'il se soit endormi, c'est presque l'hypoglycémie. Il dort complètement sur moi, j'ai mon sac à main en bandoulière, j'arrive à scanner sa glycémie sans bouger, mais le sucre est dans les bagages au dessus de ma tête,  j'ai des bonbons à mâcher avec moi, je lui en met un difficilement dans la bouche et l'incite à mâcher en lui massant les joues ! Il se rendormait en 2 secondes à chaque fois ! 😣

Je dors très peu, car il bouge beaucoup, et la personne derrière moi, doit être la plus grande personne de tout l'avion car je reçois des coups de genoux de sa part ! Alors que papa voyageur me dira que pour une fois, il avait de la place pour les siens.
Une fois les enfants réveillés, ils veulent encore jouer sur leur écran, je fais pareil, il faut bien passer le temps ! Il m'est impossible de suivre un film, en avion je ne suis pas totalement détendu, il y a quelques turbulences, et le bruit des réacteurs m’empêche de bien entendre avec les écouteurs, du coup, je joue et ça me détend un peu.


J1 : Dimanche 18 Décembre 2016

Avec le décalage horaires (+7h) il est environ 12h quand un petit déjeuner nous est servi. Comme d'habitude, les repas spéciaux sont servis les premiers. Je règle la pompe à insuline sur 8h du matin pour que le ratio de l'injection d'insuline correspond aux petits déjeuners. L'avantage de la pompe c'est qu'il suffit de la mettre à l'heure du pays d'arrivée et p'tit voyageur ne sera jamais en manque d'insuline !

Si quelqu'un peut me dire ce qu'est le seafood congee ?

Enfin, il est presque 15h, on va bientôt attérir, j'ai un coup de barre, mais on doit remettre les sièges droits, donc pour dormir, ce n'est pas terrible. L'hôtesse de l'air me réveille alors que je dormais bien !😫

Vers 15h30, nous foulons le sol de Hong-Kong. Petit coup de stress devant les médecins qui vérifient la température corporelle de p'tit voyageur... heureusement, le doliprane a fait sont effet! Maintenant il faut encore récupérer les bagages et passer la douane.
Nous remplissons les petits papiers (en 4 exemplaires, on se partage la tâche pour être plus rapide). Enfin sortis de l’aéroport, nous prenons une carte de métro chacun (carte octopus) qu'il faudra recharger au fur et à mesure de nos déplacements. Pour les enfants, c'est demi-tarif et contrairement à Paris où c'est gratuit le WE avec un pass Navigo, ici, le week-end, c'est plus cher ! Une caution est à payer pour les cartes, mais elle nous sera rendue presque entièrement à la fin de notre séjour ainsi que les sommes non utilisées.

Bien arrivés à destination !


Après tout ça, c'est déjà l'heure de (re)manger, un petit repas au Mc Do à l'aéroport (c'est pas très local, ça fait toujours plaisir aux enfants et puis du local, on aura tout le reste du temps pour tester). Puis direction l'hôtel sur la presqu'île de Kowloon en métro. Pas facile de se repérer, mais spontanément, un jeune homme nous viens en aide. 😊


Tous sur leur smartphone !

Le plan du métro, easy non ?

A la sortie du métro, on est déjà dans l'ambiance, en France il doit faire 5 degrés, mais ici nous avons rangé nos manteaux dans nos sacs. Et on prend de suite un bain de foule, avec les valises ce n'est pas facile de se faire un chemin. Il ne faut pas perdre les enfants non plus, alors on leur tient bien la main !

La chine est surpleuplée, qu'on se le dise.





Ici, on roule à gauche, hein, A GAUCHE !




Nous arrivons à l'hôtel, notre chambre est petite, très petite mais c'est local aussi, et c'est seulement pour dormir, hein ! J'ai choisi d'avoir dans la chambre un lit double et un lit superposé pour les enfants.
Pas besoin de déballer nos affaires, il n'y a pas de placard, les valises resterons donc pleines sous nos lits. 😄
Une fois installés, nous sortons pour repérer les lieux. A côté, il y a un centre commercial et comme dans la plupart, au dernier étage se trouve un food-court, très bon, variés et pas cher, qui deviendra notre cantine du soir.

Miam, Miam !


Nous dînons, puis nous allons faire quelques courses au supermarché du centre commercial pour les petits-déjeuners et les pique-niques du midi avant de retourner à l'hôtel. Il y a un petit réfrigérateur à l'étage, du coup on en profitera pour stocker des réserves au frais.
Il est tôt en France mais comme la nuit à été courte dans l'avion, on ne met pas longtemps à s'endormir.

Mais allons nous bien dormir, cette première nuit ?











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire